N.A.O 2018, APRES UN CHANTAGE INACCEPTABLE A LA SIGNATURE !

 

N.A.O 2018

Il fallait deux signataires pour valider la dernière version de l’accord et éviter une décote de 0.3 % aux dernières propositions de la Direction. Signatures obtenues des syndicats, CFDT et CFE-CGC depuis mercredi 14 mars 2018, APRES UN CHANTAGE INACCEPTABLE A LA SIGNATURE !

A savoir ! Vendredi 9 Mars 2018, les 3 organisations syndicales appelant les salariés à un arrêt de travail, ont l’information que le groupe SAFRAN augmentera le budget NAO. A la réunion du 9 mars, la Direction a avoué avoir travaillé sur 3 scénarios possibles de répartition de l’enveloppe revue en stipulant que le scénario 1 été celui retenu.

Les organisations syndicales ont toutes demandées que soit appliqué le scenario 2

Les 3 scénarios envisagés par la direction concernent les salariés non-Cadres :

SCENARIO 1 : AG de 0.55 % AI de 1.3 % + 2 points MSU

SCENARIO 2 : AG de 0.65 % AI de 1.2 % + 2 points MSU

SCENARIO 3 : AG de 0.65 % AI de 1.35 % + 1 Point MSU

Pour les cadres, le budget passe de 2.2 % à 2.35 %.

La CGT, mardi 12 mars a demandé aux organisations syndicales composant l’intersyndicale, qui avait su jusque-là parler d’une même voix, de refaire front commun, mercredi 14 mars, jour de la dernière réunion.  Pour revendiquer la poursuite des négociations et exiger un retour à la proposition de 0.65 % d’AG à minima (Proposition faite par la direction lors de la réunion du mardi 6 mars). Notre demande n’a pas fait l’unanimité.

Depuis la fin de ces négociations, notre organisation syndicale consulte ses adhérents.

Le résultat de notre consultation aboutira sur la volonté de signer ou non cet accord.

Cependant signature ou non, la CGT considère avoir obtenu des avancées sur des revendications grâce à la ténacité des élus CGT.

La prime Energie passe à 40 € – Le plancher du 13ème mois passe de 260 points à 267 points – L’harmonisation des seuils d’accueil des BTS et DUT qu’ils soient « tertiaires » ou « techniques » est enfin obtenu- Concernant les 2 points MSU supplémentaires, portant la MSU à 60 points, cette mesure permet un effet sur les bas salaires plus importants, ce qui n’est pas pour nous déplaire.

Pour la CGT, s’il y a des avancées intéressantes, il ne faut pas perdre de vue que les niveaux restent bas face à une augmentation de l’inflation glissée sur l’année de +1.3 % à Février 2018.

Aussi, la CGT continuera d’interpeller la Direction Générale pour permettre une amélioration du pouvoir d’achat des salariés.  Mais pour obtenir la prise en compte de nos revendications, il faut que l’ensemble des salariés s’organisent, se mobilisent et luttent !

Vu le contexte de l’entreprise avec des négociations à venir sur la flexibilité du temps de travail, sur un accord Intéressement, sur les accords de branches couplés à l’application des ordonnances MACRON qui auront un fort impact, nous devons préserver notre capacité de mobilisation afin de défendre et pérenniser nos acquis, nos statuts dès le mois d’Avril.

 

Buchelay, MARS 2018

NAO, suite…

 

FLASH INFO CGT

Le 28 Février, s’est déroulé une Réunion entre la Direction et les Organisations Syndicales sur deux sujets : les Négociations Annuelles Obligatoires d’une part et l’accord « Performances et Compétences » d’autre part.

Sur la question NAO : l’unique avancée de cette matinée se résume à, + 0.1 %, au niveau des Augmentations Individuelles. Pour résumer :

Non-cadre :

Augmentation Générale : + 0.55 %, + 1point de MSU (59 points au 1/01/2018

Augmentation Individuelle : 1.20 %,) au 1/04/2018

Le Plancher 13ème mois est porté à 260 points

Cadre :

Augmentation Individuelle : 2.1 % au 1/01/2018

+ 0.15 % de mesures spécifiques

Comme nous pouvons le constater la progression est moins rapide que les indicateurs financiers du GROUPE. La santé financière, encore une fois exceptionnelle, du Groupe a de bien minces retombées sociales.

Pour le reste, si l’on doit faire un constat ou une analyse, nous avons en face de nous une DRH de haut niveau. Des « artistes » qui tentent de vous faire croire et presque de vous convaincre que vous êtes rassasiés alors que vous n’avez rien mangé depuis plusieurs jours.

Sur la deuxième partie de la réunion de ce mardi (« Accord Compétence et Performance »), la CGT a quitté la salle. M. EVEN est à l’origine de ces négociations. Au travers de cet accord il amène sa propre perception de la Performance et des Compétences. Compte tenu de son départ prématuré, il n’est plus, selon nous, le bon interlocuteur.

Pour la CGT, il nous semble préférable d’avoir un entretien avec le nouveau Président afin qu’il nous fasse partager sa vision de la société avant toute reprise des négociations en cours. D’autre part, nous nous associons à l’inquiétude des salariés, quant à la tournure des événements et en particulier à cette « valse de Directeurs ».

Cette situation est dangereuse, d’autant que nous sommes dans une entreprise qui a besoin de stabilité sur du long terme. Quand nous développons une turbine, c’est un engagement sur plus de 30 ans…

De plus, la soudaineté de ces départs, le fait que notre Président parte chez notre principal client avec une parfaite connaissance de nos produits, nos projets (notamment les futurs projets comme VTOL), nos contrats commerciaux, nos marges etc…, pose bon nombre d’interrogations.

 

Il est urgent que nos Dirigeants répondent aux interrogations des salariés et organisent au plus vite une rencontre avec les instances représentatives du personnel. La CGT vous tiendra informé des différentes avancées de ce dossier…

 

LA CGT-TURBOMECA BUCHELAY

Projet d’accord NAO 2017 proposé par la CGT TURBOMECA.

 

 

Négociation annuelle obligatoire 2017 :

 

La CGT réaffirme sa démarche syndicale autour :

De la consultation des salariés initiée au niveau du groupe lors du dernier trimestre 2016

De l’Analyse et traduction des revendications des salariés en Décembre 2016

De la rédaction d’un projet d’accord CGT Safran Helicopter Engines en  janvier 2017

Amendements et validation du projet d’accord par les syndiqués CGT en AG du 02/02/2017

Validation du projet d’accord par les syndicats de Bordes Tarnos et Buchelay

Remise de l’accord à la Direction et aux organisations syndicales lors de la réunion de négociation du 06 février 2017.

14 % pour les actionnaires et 0.2 % pour les salariés.

JEUDI 23 AVRIL AU CNIT A LA DEFENSE

LES ACTIONNAIRES FONT LEUR AG !

SAFRAN : + pour les actionnaires

SAFRAN : – sur la feuille de paye

Jeudi 23 avril 2015 se tiendra l’assemblée générale des actionnaires SAFRAN. Ce jour-là seront rendus publiques les résultats complets des activités du groupe SAFRAN pour l’année 2014 et de nombreuses résolutions sont soumises aux votes des actionnaires.

Les 69 000 salariés du groupe et les milliers de fournisseurs et sous traitant sont les principaux acteurs des succès de SAFRAN.

C’est leur travail, leur compétences et leur savoir-faire qui permettent le succès de nombreux programmes : la fusée ARIANE 5, les trains d’atterrissages, les freins et les équipements aéronautiques, la propulsion des avions BOEING, AIRBUS avec le CFM, l’équipement des armées avec le moteur M88 pour le rafale, les turbines d’hélicoptères sur toute la planète, de concevoir et fabriquer des centrales inertielles, les Giro-laser et l’optronique, de mettre à disposition les équipements de puissance électrique, de câblage, de fournir des nacelle et inverseurs de poussée.

En plus de toutes ces compétences, les salariés du groupe assurent réparation et maintenance de ces matériels et préparent notre avenir par les travaux d’études et de développement.

Et pourtant, depuis 30 ans, le patronat et les gouvernements nous expliquent que le travail est un coût et s’attaquent régulièrement aux droits des salariés. La direction SAFRAN s’inscrit dans cette logique de donner la priorité aux profits, à la rentabilité et satisfaire les appétits des financiers.

Les restructurations permanentes et réorganisations sont pilotées par la Direction Générale du groupe pour satisfaire ces objectifs.

En 2015, la direction du groupe veut accentuer la modération des salaires pour accroître un résultat financier encore en hausse sur 2014. Alors que l’évolution des salaires avait été d’environ 3 % en masse ces dernières années, début 2015, les négociations annuelles démarraient avec un cadrage très faible vécu comme une provocation par les salariés dans toutes les sociétés du groupe.

La réaction des salariés a été immédiate avec plus de 10 000 personnes en grève au mois de mars pour protester contre les propositions des directions. Si l’unité des syndicats CGT, CGC, CFDT et FO a permis de faire bouger légèrement à la hausse les propositions salariales SAFRAN, elle n’a cependant pas permis d’obtenir satisfaction sur l’augmentation du pouvoir d’achat et sur une véritable progression de l’évolution des carrières.

Au moment où se tient l’AG des actionnaires ce jeudi 23 avril, la fourchette de la politique salariale 2015 se situe entre 1,35 % et 2 %, plus éventuellement un budget spécifique de 0,3 % pour les jeunes embauchés et de réduire l’écart entre les femmes et les hommes. Ces propositions sont indignes pour le personnel d’un groupe aéronautique prestigieux qui obtient d’excellents résultats économiques et financiers, avec des carnets de commandes de 70 Milliards pour les 7 prochaines années.

Actuellement Cinq sociétés du groupe n’ont pas abouti à un accord salarial : SNECMA, Hérakles, Messier Bugatti Dowty, Hispano-Suiza, Labinal. A Bordes et Tarnos à l’appel de la CGT, et ce malgré la signature du syndicat CFE CGC des débrayages se sont déroulés ses derniéres semaines.La direction générale SAFRAN prend une lourde responsabilité. En bridant les salaires, elle démotive de nombreux salariés dans un moment décisif pour la réussite de nombreux programmes.

Attention à ne pas se contenter de gérer la maturité et l’excellence de nos produits pour accroître toujours plus les résultats financiers. SAFRAN doit poursuivre ses efforts de recherche et développement et préparer l’avenir. Cela passe par accentuer les embauches pour remplacer les départs et faire face aux nouveaux défis industriels, maintenir et développer nos capacités de productions et d’études.

Pour le CCIH, il est urgent que notre investissement industriel s’accompagne d’une véritable politique industrielle ambitieuse créatrice d’emploi accompagné d’une politique sociale d’excellence. Ces principaux axes feront que notre outil industriel devienne un outil performant. N’ayons pas peur d’accuser leurs méthodes et leurs stratégies.

Nous ne sommes pas coupables de la situation de rentabilité du CCIH, au contraire nous en sommes les victimes.

Les désengagements successifs de l’état dans le capital de SAFRAN est préoccupant car cela augmente le capital flottant de SAFRAN, augmente les exigences financières des actionnaires et autres fonds de pensions. En vendant des actions, le gouvernement fait rentrer de l’argent dans les caisses de l’état mais se prive de recettes régulières dans l’avenir et va bientôt jouer un rôle marginal dans la stratégie du groupe.

La CGT désapprouve la hausse du dividende de 7 % avec un versement de 511 millions d’euros tout en obtenant des subventions accordées par l’état de Crédit Impôt Compétitivité Emploi et Crédit Impôt Recherche cumulé de 190 millions d’euros sur l’exercice 2014. Les objectifs fixés par les directions d’atteindre ou dépasser pour chaque société du groupe le seuil de 10 % de rentabilité devient irrationnel et source de dysfonctionnement.

Les pressions sur les salariés pour obtenir une productivité encore plus forte en 2015 qu’en 2014, afin d’obtenir de meilleurs résultats financiers, dégradent le climat social les salariés doivent être écoutés et respectés, dans la vie au travail comme sur la feuille de paye.et la qualité du travail. Pour réussir tous les défis,

Relisons ce qu’écrivait Mr Ross MCINNES le 26 novembre 2012 pour dénoncer l’éventualité d’une fiscalité forte pour les plus fortunés : « la perspective de ne pouvoir réussir financièrement pousse de jeunes produits de l’excellence de notre système éducatif à partir ailleurs »… de nombreuses personnes « ne supportent pas l’idée de travailler et de vivre sous un plafond de verre qui interdit d’aspirer au niveau de richesse de leurs ainés ».

Voilà exactement ce que revendiquent des milliers d’ingénieurs, d’ouvriers, de techniciens, d’employés et d’agents de maitrise SAFRAN : pouvoir bien faire son travail, avoir une bonne paye et une évolution de carrière !

 

jeudi 23 AVRIL

un rassemblement au CNIT est propose A PARTIR DE 10H30

pour dire aux actionnaires réunis en AG

combien cette politique est néfaste, et pour nous

et pour le groupe safran tout entier.