Projet d’accord NAO 2017 proposé par la CGT TURBOMECA.

 

 

Négociation annuelle obligatoire 2017:

 

La CGT réaffirme sa démarche syndicale autour:

De la consultation des salariés initiée au niveau du groupe lors du dernier trimestre 2016

De l’Analyse et traduction des revendications des salariés en Décembre 2016

De la rédaction d’un projet d’accord CGT Safran Helicopter Engines en  janvier 2017

Amendements et validation du projet d’accord par les syndiqués CGT en AG du 02/02/2017

Validation du projet d’accord par les syndicats de Bordes Tarnos et Buchelay

Remise de l’accord à la Direction et aux organisations syndicales lors de la réunion de négociation du 06 février 2017.

14% pour les actionnaires et 0.2% pour les salariés.

JEUDI 23 AVRIL AU CNIT A LA DEFENSE

LES ACTIONNAIRES FONT LEUR AG !

SAFRAN : + pour les actionnaires

SAFRAN : – sur la feuille de paye

Jeudi 23 avril 2015 se tiendra l’assemblée générale des actionnaires SAFRAN. Ce jour-là seront rendus publiques les résultats complets des activités du groupe SAFRAN pour l’année 2014 et de nombreuses résolutions sont soumises aux votes des actionnaires.

Les 69 000 salariés du groupe et les milliers de fournisseurs et sous traitant sont les principaux acteurs des succès de SAFRAN.

C’est leur travail, leur compétences et leur savoir-faire qui permettent le succès de nombreux programmes : la fusée ARIANE 5, les trains d’atterrissages, les freins et les équipements aéronautiques, la propulsion des avions BOEING, AIRBUS avec le CFM, l’équipement des armées avec le moteur M88 pour le rafale, les turbines d’hélicoptères sur toute la planète, de concevoir et fabriquer des centrales inertielles, les Giro-laser et l’optronique, de mettre à disposition les équipements de puissance électrique, de câblage, de fournir des nacelle et inverseurs de poussée.

En plus de toutes ces compétences, les salariés du groupe assurent réparation et maintenance de ces matériels et préparent notre avenir par les travaux d’études et de développement.

Et pourtant, depuis 30 ans, le patronat et les gouvernements nous expliquent que le travail est un coût et s’attaquent régulièrement aux droits des salariés. La direction SAFRAN s’inscrit dans cette logique de donner la priorité aux profits, à la rentabilité et satisfaire les appétits des financiers.

Les restructurations permanentes et réorganisations sont pilotées par la Direction Générale du groupe pour satisfaire ces objectifs.

En 2015, la direction du groupe veut accentuer la modération des salaires pour accroître un résultat financier encore en hausse sur 2014. Alors que l’évolution des salaires avait été d’environ 3% en masse ces dernières années, début 2015, les négociations annuelles démarraient avec un cadrage très faible vécu comme une provocation par les salariés dans toutes les sociétés du groupe.

La réaction des salariés a été immédiate avec plus de 10 000 personnes en grève au mois de mars pour protester contre les propositions des directions. Si l’unité des syndicats CGT, CGC, CFDT et FO a permis de faire bouger légèrement à la hausse les propositions salariales SAFRAN, elle n’a cependant pas permis d’obtenir satisfaction sur l’augmentation du pouvoir d’achat et sur une véritable progression de l’évolution des carrières.

Au moment où se tient l’AG des actionnaires ce jeudi 23 avril, la fourchette de la politique salariale 2015 se situe entre 1,35% et 2%, plus éventuellement un budget spécifique de 0,3% pour les jeunes embauchés et de réduire l’écart entre les femmes et les hommes. Ces propositions sont indignes pour le personnel d’un groupe aéronautique prestigieux qui obtient d’excellents résultats économiques et financiers, avec des carnets de commandes de 70 Milliards pour les 7 prochaines années.

Actuellement Cinq sociétés du groupe n’ont pas abouti à un accord salarial : SNECMA, Hérakles, Messier Bugatti Dowty, Hispano-Suiza, Labinal. A Bordes et Tarnos à l’appel de la CGT, et ce malgré la signature du syndicat CFE CGC des débrayages se sont déroulés ses derniéres semaines.La direction générale SAFRAN prend une lourde responsabilité. En bridant les salaires, elle démotive de nombreux salariés dans un moment décisif pour la réussite de nombreux programmes.

Attention à ne pas se contenter de gérer la maturité et l’excellence de nos produits pour accroître toujours plus les résultats financiers. SAFRAN doit poursuivre ses efforts de recherche et développement et préparer l’avenir. Cela passe par accentuer les embauches pour remplacer les départs et faire face aux nouveaux défis industriels, maintenir et développer nos capacités de productions et d’études.

Pour le CCIH, il est urgent que notre investissement industriel s’accompagne d’une véritable politique industrielle ambitieuse créatrice d’emploi accompagné d’une politique sociale d’excellence. Ces principaux axes feront que notre outil industriel devienne un outil performant. N’ayons pas peur d’accuser leurs méthodes et leurs stratégies.

Nous ne sommes pas coupables de la situation de rentabilité du CCIH, au contraire nous en sommes les victimes.

Les désengagements successifs de l’état dans le capital de SAFRAN est préoccupant car cela augmente le capital flottant de SAFRAN, augmente les exigences financières des actionnaires et autres fonds de pensions. En vendant des actions, le gouvernement fait rentrer de l’argent dans les caisses de l’état mais se prive de recettes régulières dans l’avenir et va bientôt jouer un rôle marginal dans la stratégie du groupe.

La CGT désapprouve la hausse du dividende de 7% avec un versement de 511 millions d’euros tout en obtenant des subventions accordées par l’état de Crédit Impôt Compétitivité Emploi et Crédit Impôt Recherche cumulé de 190 millions d’euros sur l’exercice 2014. Les objectifs fixés par les directions d’atteindre ou dépasser pour chaque société du groupe le seuil de 10% de rentabilité devient irrationnel et source de dysfonctionnement.

Les pressions sur les salariés pour obtenir une productivité encore plus forte en 2015 qu’en 2014, afin d’obtenir de meilleurs résultats financiers, dégradent le climat social les salariés doivent être écoutés et respectés, dans la vie au travail comme sur la feuille de paye.et la qualité du travail. Pour réussir tous les défis,

Relisons ce qu’écrivait Mr Ross MCINNES le 26 novembre 2012 pour dénoncer l’éventualité d’une fiscalité forte pour les plus fortunés : « la perspective de ne pouvoir réussir financièrement pousse de jeunes produits de l’excellence de notre système éducatif à partir ailleurs »… de nombreuses personnes « ne supportent pas l’idée de travailler et de vivre sous un plafond de verre qui interdit d’aspirer au niveau de richesse de leurs ainés ».

Voilà exactement ce que revendiquent des milliers d’ingénieurs, d’ouvriers, de techniciens, d’employés et d’agents de maitrise SAFRAN: pouvoir bien faire son travail, avoir une bonne paye et une évolution de carrière !

 

jeudi 23 AVRIL

un rassemblement au CNIT est propose A PARTIR DE 10H30

pour dire aux actionnaires réunis en AG

combien cette politique est néfaste, et pour nous

et pour le groupe safran tout entier.

POUR LA JUSTICE SOCIALE, STOPPONS L’AUSTERITE.

Faute d’accord, la direction TM a communiqué via une note interne sa décision d’appliquer des mesures amoindries par rapport à l’avancement des négociations. Un Comité Central d’Entreprise (CCE) extraordinaire est convoqué le mardi 14 avril 2015, sur la conclusion des négociations relatives aux mesures sociales 2015.

Avec ou sans signature, l’annonce de la direction n’est pas une fin en soi. Déjà par le passé la mobilisation des salariés en grève a permis d’obtenir des avenants à nos accords. Aujourd’hui, la direction fait semblant d’ignorer l’importante mobilisation des salariés. Sourde aux revendications de la CGT, elle se rend coupable du mécontentement grandissant !

NOUS NE SOMMES PAS SEUL A DIRE NON A L’AUSTERITE SALARIALE.

Dans les entreprises du groupe Safran des arrêts de travails s’organisent, la mobilisation s’intensifie tous les jours. Microturbo, Turbomeca Bordes, Tarnos, SNECMA, Messier Bugatty Dowty, A Villaroche, Corbeille, Gennevilliers, St Quentin, Montereau, Vernon, Chatellerault, Le Creusot A Hispano, partout des actions sont menées ! Pour des négociations à la hauteur des enjeux.

NOUS SALARIE(E) S DE TURBOMECA :

Demandons des augmentations compensant la réelle augmentation du coût de la vie et en rapport avec les excellents résultats de Turbomeca, du Groupe Safran, fruit du travail de tous les salariés.

Demandons une véritable politique de l’emploi, industrielle accompagné d’un véritable plan d’investissement industriel.

Condamnons l’utilisation abusive des heures supplémentaires, l’intégration des 130 heures supplémentaires dans le calcul de notre capacité de production remettant en cause nos accords 35h avec des répercussions sur la politique de l’emploi.

Condamnons la complète prise en main de nos jours de congés, modulations et donc de notre vie privée. La CGT attend de la direction qu’elle propose de rencontrer les organisations syndicales sur ces THEMES.

 

Egalement, le 9 avril est organisée une journée Nationale interprofessionnelle d’action de grève et de manifestation à l’appel des organisations syndicales, FO, solidaires et la FSU.

POUR LA JUSTICE SOCIALE, STOPPONS L’AUSTERITE.

La manifestation Parisienne partira à 13h de la porte d’Italie.

 Il y en a assez des prétendues réformes qui ne conduisent qu’à de nouveaux sacrifices, de nouveaux reculs sociaux, à l’exemple de la proposition de loi Macron. Avec FO, solidaires et la FSU, la CGT invite les salarié-es de toutes les entreprises, du privé et du public, les retraité-e-s et les privé-e-s d’emplois à agir tous ensemble et à prendre leurs affaires en main pour imposer :

L’augmentation des salaires dans les entreprises privées comme dans la fonction publique, la hausse des minima sociaux, la revalorisation des pensions pour les retraités ;

L’égalité des salaires entre les femmes et les hommes, alors que l’écart se situe aujourd’hui à 27 % et 40% à la retraite. L’égalité salariale d’ici 2024 permettrait de résoudre 46% des problèmes des caisses complémentaires

Une réduction du temps de travail avec des embauches correspondantes ;

Des créations d’emplois pour combattre le chômage et améliorer les conditions de travail ;

Le développement des prestations sociales (santé, retraites, indemnisation du chômage, …)

OUI L’ARGENT IL Y EN A !

6 semaines de travail vont dans les poches des actionnaires contre 2 semaines il y a trente ans Le fruit du travail doit revenir aux salariés, à l’investissement pour pérenniser l’activité des entreprises, et au développement des services publics en réponse aux besoins des usagers (écoles, hôpitaux, transport, crèches, énergie, eau, logement) et accessibles à tous quelque soient ses revenus.

NON L’AUSTERITE N’EST PAS UNE FATALITE, C’EST UN CHOIX !

Pour le site de BUCHELAY, décision a été prise, l’organisation syndicale CGT du CCIH à décider d’appelé sous deux formes d’actions tous les salariés à se mettre en grève massivement :

 

JEUDI 9 AVRIL 2015.

ARRET DE TRAVAIL

 

1/ 30 MINUTES, 11h15 A 11h45 : Normale – Equipe du matin

15h00 A 15h30 : Equipe d’après-midi

 

Rassemblement côté poste de garde

 

2 / LA JOURNEE COMPLETE, le but est de donner la possibilité aux salariés de participer à la manifestation interprofessionnelle Parisienne.

 

DEPART EN CAR DE L’UNION LOCALE A 12H00.

 

Maison des syndicats – BP 11420 – 78711 Mantes la Ville

( 01 30 33 59 91 – Fax 01 30 94 04 33 – E-mail : ul.cgt.mantes@wanadoo.fr

Nous rappelons que le droit de grève est un droit constitutionnel,

nul ne peut y faire obstacle.

Bilan de la manifestation du 26 mars au siège Safran.

Bilan de la manifestation du 26 mars pour les NAO 2015 :

Ce jeudi plus de 1500 salariés se sont mobilisés devant le siège Safran.

Au rassemblement à Toulouse « chez Microturbo » :     Plus de 500 salariés

Grève à Turboméca Buchelay: 50 salariés.

Grève à Turboméca Bordes :  800 salariés

Grève à Turboméca Tarnos :  550 salariés

Grève à MBD Bidos :  500 salariés

Grève à Sagem Montluçon :  350 salariés

Grève à Sagem Dijon : 50 salariés

Grève à Labinal Villemur :  300 salariés

 

Le 26 mars au siège SAFRAN.

 

Divers Photos :

20150326_123609 20150326_123615 20150326_121511    20150326_123240  20150326_125359 20150326_121225  greve du 26 mars safran

Après les interventions syndicales devant le siège Safran , une délégation a été reçue par la DG Safran (pour la CGT : Humberto Pais , Sylvain Pichard et Gérard Montuelle).

La DG reste sur sa position et n’a pas fait de nouvelles annonces.

Elle affirme que les DRH des sociétés réunissent les syndicats pour finaliser les négociations ce jour pour certains et début de semaine prochaine pour les autres.

A la demande de la CGC et de la CFDT , les DG des sociétés pourraient inclure dans les versions finales des accords les 0,3% destiné notamment aux jeunes embauchés et à l’égalité professionnelle.