Scandale économique, le C.I.C.E, l’argent de nos impôts.

Je me permet de rajouter qu’il n’y a aucun contrôle de ces sommes prêtées.

Par contre nos impôts, on peut compter sur eux…

 

Entreprise Secteur CICE au titre de 2014 (millions €) CICE au titre de 2013 (millions €) % du résultat net en 2014
AccorHotels Hôtellerie 18,8 10,5 8,4
Air France Transport 66 43 N.P. (perte)*
Alstom Industrie 11 N.C. 1,5
Axa Finance 15,9 10,7 0,3
BNP Paribas Finance 39 26 7,7
BPCE Finance 107 71 3,7
Canal + Audiovisuel 0,5 0,4 N.C.
Carrefour Distribution 120 79 8,6
Engie (GDF Suez) Energie 90 62 3
Foncière Euris Finance 97 76 13,6
La Poste Services 350 297 48,7
Lafarge Industrie 5,8 3,8 2,1
L’Oréal Industrie 11 8 0,2
Orange Communication 110 79 9,2
Pernod-Ricard Agroalimentaire 2,6 1,7 0,2
PSA Automobile 66,1 80 N.P. (perte)*
Renault Automobile 36 50 1,8
Safran Industrie 39 26 3,2
SNCF Transport 318 180 51
Sodexo Services 38 17 7,5
Technip Services 3,2 1,5 0,7
Total Energie 29 19 0,7
Valeo Industrie 15 10 8,6
Vivendi Médias 5 N.C. 0,1
* Non pertinent en raison du résultat net négatif

 

 

Ce que nous prépare le Medef avec la complicité du gouvernement…

Augmentation de la pression fiscale sur les ménages :

• Fin de la défiscalisation des heures supplémentaires.
• Modification du barème des indemnités kilométriques lors de la déclaration
des frais réels lors de la déclaration de l’impôt sur le revenu.
• Intégration dans les revenus imposables de la part employeur de la
cotisation mutuelle.
• Augmentation du taux de TVA

 

Pression à la baisse sur le travail et plus spécifiquement les salaires:

• Gel du point d’indice dans la fonction publique.
• Mise en place de l’ANI qui donne entre autre le droit à l’entreprise de baisser
les salaires en cas de mauvaise conjoncture.
• Augmentation minime du SMIC de 1,1%.
• Appel du gouvernement aux entreprises pour qu’elles modèrent les augmentations
salariales.
• Accord sur la formation professionnelle.

 

Une privatisation de notre modèle de protection sociale :

• Diminution des allocations familiales.
• Diminution des aides pour garde d’enfants.
• Diminution des cotisations sociales sur les bas salaires qui baissent notre
salaire socialisé et donc les prestations sociales de l’ensemble des français.
• Rallongement de la durée de cotisation pour avoir droit à la retraite.
• Doublement du délai d’accès aux allocations chômage pour les cadre à la
recherche d’un emploi.

 

Une baisse sans précédent des dépenses publiques :

• 50 milliards de baisse des dépenses publiques d’ici 2017 réparties en :
• 18 milliards en moins pour le budget de l’état et ses agences.
• 11 milliards pour les collectivités territoriales.
•  21 milliards de moins pour la protection sociale dont 10 milliards sur la branche maladie et 11 milliards sur la gestion du système social.

 

Des milliards d’euros de cadeaux pour les entreprises :

Aux 200 milliards d’aides publiques et d’exonérations dont bénéficient les entreprises Hollande, il faut ajouter :
• Le Crédit Impôt Compétitivité Emploi (CICE) : coût estimé 20 milliards d’euros
pour faire baisser la masse salariale des entreprises.
• La fi n de la cotisation patronale concernant la branche famille de la Sécurité
Sociale, soit -5,25% sur nos salaires bruts pour l’employeur.
• La suppression totale des cotisations sociales sur le SMIC.